Quelques plantes qui fleurissent encore en septembre

La Gazette des Plantes vous présente dans ce billet trois espèces qui fleurissent encore actuellement :
la Lampsane commune, l’Oxalide corniculée et le Millepertuis perforé.

Lampsane commune

Oxalide corniculée

Millepertuis perforé


La Lampsane commune (Lapsana communis)

Lampsane commune au bord d’une route

Voici à nouveau une Astéracée (c’est-à dire une Composée) jaune.
Elle pousse un peu partout, au bord des routes et des chemins, dans les friches, là où il y a un peu d’ombre. Elle peut atteindre 1.2 m de haut et fleurit de juin à septembre.

Elle est assez facile à identifier.
Les capitules ne sont pas très grands (1.5 cm de large) et sur la photo ci-dessous on peut voir qu’ils sont composés de fleurs toutes ligulées, c’est-à-dire en languettes.

Celles-ci sont normalement jaune pâle, mais on a constaté dans nos régions l’arrivée d’une sous-espèce d’origine orientale, aux fleurs jaune d’or.

Capitule de Lampsane


La Lampsane commune possède deux types de feuilles.
Les feuilles du haut de la tige sont alternes, lancéolées et souvent sessiles (photo ci-dessous à gauche).
Les feuilles situées en bas de la plante sont découpées en forme de lyre: un grand lobe au sommet et deux plus petits à la base (photo ci-dessous à droite).

Feuilles du haut

Feuilles du bas


Des analyses chimiques récentes ont confirmé que la Lampsane commune ne contenait pas de composé toxique. Heureusement car ses jeunes feuilles sont souvent consommées crues, en salade; et les feuilles plus âgées sont cuites, car elles sont amères.

« Lapsana » vient du grec « lapadzein« , qui signifie purger. Elle est en effet depuis longtemps connue comme plante médicinale. Elle fut notamment utilisée pour guérir les gerçures des seins d’où l’un de ses noms populaires : l’herbe aux mamelles.


Haut de la page


L’Oxalide corniculée (Oxalis corniculata)

C’est une plante d’origine méditerranéenne qui fut introduite dans nos régions comme plante ornementale (dès le 16ème siècle). L’être humain étant très versatile, l’oxalide n’est plus appréciée par les jardiniers actuels. Ils la qualifient désormais de « mauvaise herbe à éradiquer », comme quoi l’appellation de mauvaise herbe ne repose finalement que sur des modes…
Bref, l’Oxalide corniculée a dû quitter les jardins et fait maintenant les trottoirs où elle survit d’ailleurs très bien, pourvu que ceux-ci soient secs et assez ensoleillés.

Oxalide corniculée sur un trottoir

Elle s’insinue dans les interstices entre les dalles, et se répand grâce à ses graines, mais aussi ses stolons. On distingue sur la photo ci-dessus les stolons rougeâtres qui lui permettent de s’étendre.


Les fleurs sont petites et comprennent 5 pétales jaune vif, dont la base est orangée. La floraison est assez longue : elle dure d’avril à octobre.

Fleur à 5 pétales jaune vif

Les feuilles ont 3 folioles, semblables à celles du trèfle. Elles sont vertes ou pourpres. Les folioles se replient lorsque la luminosité baisse.
Les feuilles peuvent être consommées crues en salade. Elles ont une saveur acide rappelant celle de l’oseille. Attention : elles ne peuvent pas être consommées en grandes quantités en raison de la présence d’acide oxalique, un composé pouvant provoquer des troubles rénaux.


Haut de la page


Le Millepertuis perforé (Hypericum perforatum)

Le millepertuis est une plante qui aime la lumière et les sols secs. On le trouve sur le bord des chemins, dans les talus secs et les prairies.

Millepertuis perforé poussant sur un talus

Il est facile à reconnaître grâce à ses fleurs: elles possèdent 5 pétales jaune vif, disposés en forme d’étoile, et de nombreuses étamines saillantes, groupées en 3 faisceaux.

Fleurs du Millepertuis perforé, aux nombreuses étamines saillantes

En phytothérapie, ce sont principalement les fleurs du millepertuis qui sont utilisées. Le millepertuis possède des propriétés antiseptiques et antivirales. Mais il est plus souvent utilisé comme anxiolytique pour soigner certains états dépressifs légers.
Mais attention cependant : plusieurs études ont montré que le millepertuis est susceptible d’entraîner des interactions avec d’autres médicaments, notamment certains contraceptifs oraux et antihypertenseurs. Mieux vaut donc prendre l’avis d’un médecin au préalable.


Feuilles du Millepertuis perforé

Le nom de Millepertuis perforé vient de ses feuilles qui, lorsqu’on les regarde par transparence, semblent perforées de petits trous. En fait, ce ne sont pas des trous mais des petites glandes à la membrane transparente et remplies d’une huile essentielle.


Haut de la page

A propos La gazette des plantes

La gazette des plantes, un blog qui part à la découverte des végétaux qui nous entourent en Belgique
Cet article, publié dans 09 En Septembre, Les plantes à l'affiche, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.