Le Lycopode en massue a perdu ses massues!

La Gazette vous présente une plante qui est devenue rare chez nous : le Lycopode en massue. Il mérite donc bien qu’on s’intéresse à lui. Nous le verrons sans ses massues, qu’il ne retrouvera qu’en été.
Nous ferons aussi un bond dans le passé afin de comprendre ce qui différencie les Lycopodes des végétaux qui les ont précédés ou suivis dans l’évolution.  


Présentation

Tous les Lycopodes ressemblent à de grandes mousses, ou bien à des pousses de sapins. Leurs tiges et leurs rameaux sont en effet recouverts de petites feuilles rappelant des aiguilles de conifères.

Lycopode en massue (au centre)

Comme la plupart de ses frères et cousins, le Lycopode en massue est une plante rampante dont les tiges peuvent facilement atteindre 1 mètre de long.

Tige rampante du Lycopode en massue

Ces tiges portent des rameaux dressés. La tige ainsi que les rameaux sont revêtus de petites feuilles molles, très étroites et très courtes (environ 0,5 cm). Elles sont sessiles,  étroitement appliquées contre la tige et plus étalées sur les rameaux.

Les feuilles sont étroites et très courtes.

Le Lycopode en massue sera très aisément identifiable en été, lorsqu’il aura développé ses épis caractéristiques. Nous reviendrons le voir le moment venu. Mais le Lycopode en massue est une plante vivace : comment le reconnaître en hiver?

C’est facile, il suffit de regarder ses feuilles : elles sont terminées par une soie blanche, que l’on distingue à l’œil nu.

Les feuilles sont terminées par une longue soie blanche.


Habitat

Notre Lycopode préfère les sols très acides, très pauvres en nutriments (azote etc.), secs à frais et assez bien ensoleillés.

Lycopode en massue : écologie

C’est une espèce pionnière des milieux dénudés sur terrains acides, tels que les landes sèches à callunes.

La Callune (Calluna vulgaris)

Malheureusement ces landes ne sont plus entretenues. Comme le Lycopode en massue demande de la lumière pour croître, il disparaît lorsque les terrains ouverts sont envahis par des plantes plus hautes.

Il faut savoir que les paysans pratiquaient jadis l’étrépage : ils enlevaient sur les landes la végétation et la couche superficielle du sol et les transportaient vers les terres cultivées, enrichissant donc ces dernières et appauvrissant les premières, ce qui favorisait involontairement les espèces pionnières et donc la biodiversité. 

Il peut également survivre dans les parties claires des forêts se développant sur des terrains sablonneux très acides, où il voisinera souvent les Myrtilles.

Ici, le Lycopode en massue pousse sur le talus d’un chemin forestier dans un bois clair sur sol sablonneux acide

Myrtille en hiver

Le Lycopode en massue se maintient parfois dans des habitats de substitution : des carrières, des talus de route, mais cela ne compense pas la perte de ses habitats primaires.

En Belgique, on le rencontre essentiellement dans les landes sèches de l’est de la Belgique, comme le montre la carte ci-dessous.

Observations en Belgique (2013-2018) – Source : Observations.be

En France, il est devenu très rare en plaine et subsiste surtout dans les régions montagneuses de l’est et du centre.

Observations en France (Source : Tela Botanica)


Les Lycopodes dans l’évolution

Dans le grand groupe des plantes terrestres, les Lycophytes (qui comprennent les Lycopodes et d’autres plantes similaires) sont apparus il y a bien longtemps, sans doute il y a au moins 425 millions d’années, selon les fossiles retrouvés 1, donc après les mousses mais avant les prêles et les fougères.

Place des Lycophytes dans l’évolution des plantes terrestres (cliquez pour agrandir)

Les Lycophytes apportent deux innovations importantes par rapport aux végétaux existant alors :

  • des vaisseaux conducteurs performants qui permettent de transporter l’eau et les nutriments sur de plus longues distances (les plantes peuvent donc acquérir des tailles plus importantes) ;
  • ainsi que des racines absorbant l’eau du sol.

Auparavant, la terre ferme avait été colonisée par les mousses (les Bryophytes) et des espèces analogues (les Hépatiques et les Anthocérotes).

Ces végétaux ne possèdent pas encore de vaisseaux conducteurs efficaces qui permettraient de faire parcourir à la sève de longs trajets. Certes, certaines mousses, comme les Polytrics illustrés ci-dessous,  disposent déjà de tissus conducteurs, appelés  « leptoïdes » et « hydroïdes ». Mais ces tissus ne sont pas lignifiés comme ceux des Lycophytes (la lignine est l’un des principaux composants du bois) et le transfert des liquides s’y fait par capillarité, ce qui limite la taille de ces plantes à 10 cm au maximum.

Mousse du genre Polytric

En revanche, durant le Carbonifère les Lycophytes se développèrent jusqu’à devenir des arbres de 30 m. de hauteur, qui dominèrent les paysages (et se retrouvent aujourd’hui dans le charbon).
Les scientifiques pensent que ces premiers arbres, en pratiquant la photosynthèse sur une grande échelle, provoquèrent une réduction importante de la concentration de CO2 dans l’atmosphère terrestre, il y a environ 380 millions d’années. Avant leur apparition, cette concentration était environ 15 fois plus élevée qu’aujourd’hui. 2

Voici une vidéo en français sur les Lycophytes géants du Carbonifère :

L’autre « invention » majeure des Lycophytes est la racine. Les mousses ont bien des organes qui les fixent au substrat, ce sont les rhizoïdes. Mais ces rhizoïdes ne sont pas capables d’absorber ni l’eau ni les nutriments du sol, contrairement aux vraies racines. Chez les mousses, l’eau pénètre dans l’organisme par toutes les parties de la plante.


Reprenons le cours de l’évolution. Les Lycophytes seront suivis par les prêles et les fougères dont les premières espèces apparaîtront il y a environ 360 millions d’années. La différence entre les Lycophytes et leurs suivants concernent les feuilles qui vont devenir plus complexes, parcourues non plus par un seul faisceau conducteur de sève mais par plusieurs (ces faisceaux correspondant aux nervures).

Les feuilles des Lycophytes (à gauche sur le schéma ci-dessus) sont en général petites, raison pour laquelle elles sont appelées microphylles (du grec « phullon », feuille).
Elles ne contiennent habituellement qu’un seul faisceau de tissus conducteurs (une seule nervure). Notez qu’un faisceau comprend d’office plusieurs vaisseaux, puisqu’il y a la sève brute et la sève élaborée.
De même, la tige ne contient qu’un seul cylindre massif de vaisseaux conducteurs.

Les  végétaux plus récents ont en revanche des feuilles plus grandes, appelées par conséquent mégaphylles (à droite sur le schéma ci-dessus), et possédant un système complexe de nervures ramifiées.
Leur tige est caractérisée par une moelle centrale entourée des tissus conducteurs.

Les petites feuilles du Lycopode en massue


Classification

Si vous nous avez suivis jusqu’ici, vous ne serez pas étonnés d’apprendre que les Lycophytes sont rangés dans l’armoire des Trachéophytes, l’ensemble des plantes possédant des racines et des vaisseaux conducteurs de sève.
Cette armoire contient deux tiroirs : celui des Lycophytes et celui des Euphyllophytes, les végétaux ayant développé des « vraies » feuilles (les mégaphylles dont nous avons parlé ci-avant).

Classification des Lycophytes

Au sein du tiroir ou plutôt de la classe des Lycophytes, notre Lycopode en massue se retrouve rangé dans la famille des Lycopodiacées et plus précisément dans le genre Lycopodium.

La famille des Lycopodiacées comprend environ 400 espèces vivant surtout dans les milieux montagneux, qu’ils soient tropicaux ou alpins.

Classification du Lycopode en massue (selon PPG 1)

Cette famille est représentée en Belgique par 5 espèces. En plus du Lycopode en massue (Lycopodium clavatum), nous pouvons rencontrer chez nous le Lycopode des marais (Lycopodiella inundata),  le Lycopode à trois épis (Diphasiastrum tristachyum),  le Lycopode sélagine (Huperzia selago) et le Lycopode à feuilles de genévrier (Lycopodium annotinum). Mais il nous faudrait beaucoup de chance pour les observer car ils sont tous très rares, à l’exception du Lycopode des marais, assez commun en Campine.

Le Lycopode des marais, le Lycopode le moins rare en Belgique

Un peu d’étymologie : le mot Lycopodium vient du grec lukos  (loup) et podion (pied) faisant allusion à la ressemblance avec une patte velue d’un loup des pousses des Lycopodes, recouvertes de petites feuilles.

Le Lycopode en massue ressemble-t-il à une patte de loup?


Le mot de la fin (provisoirement)

Frère Marie-Victorin

Laissons parler frère Marie-Victorin (1885-1944),  célèbre religieux et botaniste canadien, qui publia notamment la Flore laurentienne (inventaire floristique de la vallée du Saint-Laurent), et fut l’instigateur des Cercles des jeunes naturalistes du Québec (CJN), dont s’inspirèrent par la suite les Cercles des Naturalistes de Belgique (CNB) :

« Déchus du rang de tout premier plan qu’ils ont occupé durant la jeunesse du globe, les Lycopodes n’en restent pas moins des reliques précieuses d’un passé disparu et leur morphologie désormais désuète nous renseigne sur les schémas anciens et pour ainsi dire épuisés, de la vie végétale 3.« 

Nous retournerons voir Les Lycopodes en massue en été, et nous nous intéresserons alors à leurs « massues », à leur mode de reproduction et aux multiples usages dont ils font l’objet. Ce sera un article explosif!


Haut de la page

Sources :

1 : Wikipedia; Lycopodiophyta; Novembre 2017
2 : Tropical fossil forests unearthed in Arctic Norway; Cardiff University News; Novembre 2015
3 : Claude JERÔME; Trois Lycopodes de la région de Saverne; Association des amis du jardin botanique du Col de Saverne; Bulletin 1993

 

A propos La gazette des plantes

La gazette des plantes, un blog qui part à la découverte des végétaux qui nous entourent en Belgique
Cet article, publié dans 01 En Janvier, Les plantes à l'affiche, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Le Lycopode en massue a perdu ses massues!

  1. Molter marianne dit :

    Merci beaucoup, c’est beaucoup de lumière faite sur un sujet peu éclairé généralement

    J'aime

  2. christian dit :

    Merci beaucoup pour cet article très intéressant.C’est une incitation à découvrir davantage ce monde.Je ne distinguais pas trop avant les lycophytes des bryophytes(les mousses).Désormais cette désinvolture ne sera plus permise.
    Quid maintenant d’un article sur les hépatiques et les mousses ?Il serait le bienvenu.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.