Dans une prairie sèche

Dans les derniers articles, j’ai surtout montré des plantes qui vivent dans des milieux relativement humides. Voici maintenant deux plantes vues à la fin de juillet dans une prairie sèche au Nord-Est de Bruxelles (au Moeraske à Evere) : la Luzerne à fruits en faux, et la spectaculaire Molène noire.

La Luzerne à fruits en faux (Medicago sativa subsp. falcata)

C’est la petite sœur de la luzerne cultivée  que nous avons déjà étudiée. Il s’agit en effet de la même espèce (Medicago sativa), mais elle constitue une sous-espèce distincte. Elle se différencie de l’espèce principale par la couleur de ses fleurs (jaune au lieu de bleu-violet) et son port généralement prostré.

La luzerne à fruits en faux a souvent un port prostré


Fleurs jaune en grappes ovales

Les fleurs jaunes ont un diamètre de 5 à 8 mm. Cela permet de la distinguer de la luzerne lupuline qui a des fleurs nettement plus petites (2 à 3 mm).

Elles sont regroupées en grappes ovales. L’étendard, c’est-à-dire le pétale supérieur de la corolle, est veiné de noir ou de brun foncé.


Feuille à trois folioles, plus larges et dentées au sommet

Comme les feuilles des autres luzernes, ou bien celles des trèfles, leurs cousins, les feuilles de la luzerne à fruits en faux possèdent trois folioles oblongues, plus larges et finement dentées au sommet.

Haut de la page

La Molène noire (Verbascum nigrum)

Avec ses longs épis de fleurs jaunes qui peuvent monter jusqu’à 1,5 m. de hauteur, elle ressemble à un cierge fleuri. C’est assurément une plante spectaculaire que l’on aperçoit de loin dans son habitat de prédilection : les prairies sèches, ensoleillées, au sol plutôt calcaire.
Les épis ont souvent 50 cm de long. La tige est rougeâtre et robuste.

Molène noire dans une prairie sèche


Les pétales sont jaunes. Les étamines ont des poils pourpres ou violets.

Les fleurs ont un diamètre de 15 à 20 mm.
Les cinq pétales sont jaunes et marqués de pourpre à leur base.

Il y a cinq étamines : trois courtes et deux longues. Elles possèdent des poils pourpres ou violets.

La fleur est mellifère : son nectar est apprécié des abeilles.


La feuille de la molène noire ne se prolonge pas sur la tige

Nous pouvons rencontrer deux espèces de molènes dans nos régions.
La plus courante est le Bouillon blanc (Verbascum thapsus).
On peut distinguer ces deux espèces notamment grâce à leurs feuilles : celles de la molène noire sont non décurrentes (elles ne se prolongent pas sur la tige) et sont non laineuses sur l’avers contrairement au Bouillon blanc.

Haut de la page

A propos La gazette des plantes

La gazette des plantes, un blog qui part à la découverte des végétaux qui nous entourent en Belgique
Cet article, publié dans 07 En Juillet, Les plantes à l'affiche, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Dans une prairie sèche

  1. Ping : A l’affiche cette semaine : juillet (sem. 4 / 1) … Le long d’un sentier champêtre, en pleine ville | La Gazette des Plantes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.