Cirses et chardons

C’est le moment de se frotter, sans se piquer, à des plantes très courantes mais que l’on confond souvent entre elles : les cirses et les chardons. Aujourd’hui nous verrons
le Chardon crépu, le Cirse des champs, le Cirse des marais, et le Cirse commun.

Chardon crépu

Cirse des champs

Cirse des marais

Cirse commun


Le Chardon crépu (Carduus crispus)

Commençons par planter le décor de notre balade : la réserve de l’Hof ter Musschen, l’ancienne ferme des Moineaux, à Woluwe-Saint-Lambert. Elle est bordée par la Woluwe, et c’est justement au bord du sentier qui longe la Woluwe que nous rencontrons le Chardon crépu.

Chardon crêpu le long de la Woluwe

C’est une espèce commune chez nous. Elle apprécie les lieux plutôt ombragés et humides.

Lorsqu’on rencontre une plante semblable, il faut d’abord déterminer si on a affaire à un chardon ou à un cirse. Pour cela il faut prendre une loupe et examiner le fruit. 
Examinons la photo ci-dessous (vous pouvez cliquer dessus pour l’agrandir).
Le fruit est une akène (un fruit sec très petit) surmonté d’une touffe de poils blancs. En botanique, on parlera d’une aigrette de soies plutôt que d’une touffe de poils. Ces soies permettent une bonne dispersion des akènes par le vent. 
Si chaque soie est simple, il s’agit d’un chardon. Si par contre, les soies sont munies de barbes transversales (des filets longs et minces), il s’agit d’un cirse (voir ci-dessous le Cirse des champs).
En ce qui concerne la photo ci-dessous, les soies sont simples; c’est donc bien un chardon.

Aigrette de soies du Chardon crépu


La tige du Chardon crépu est bordée d’ailes épineuses

C’est donc un chardon, mais lequel?

La tige est bordée d’ailes très épineuses. C’est le cas également des bractées, les pièces feuillées situées sous les capitules. C’est caractéristique du chardon crépu.


Haut de la page


Le Cirse des champs (Cirsium arvense)

Les soies sont munies de barbes

Voici maintenant un cirse.

Cliquez sur la photo ci-contre pour l’agrandir : vous verrez que les soies surmontant les fruits sont munies de barbes latérales, contrairement au Chardon crépu que nous venons de rencontrer.

Sur la photo ci-dessous, nous pouvons remarquer que les capitules sont de couleur lilas .

Et les bractées (en-dessous du capitule) sont plutôt pourpres. Il s’agit donc du Cirse des champs.

Fleurs et fruits du Cirse des champs


Cirses des champs dans une prairie

Le cirse des champs est une plante vivace très commune qui pousse sur divers types de sols, mais qui préfère surtout ceux qui possèdent un excès de matière organique : les prairies ayant subi un sur-pâturage, ou bien les champs ayant reçu trop d’engrais azotés (épandage de fumier etc…)
Il se reproduit essentiellement (dans 95 % des cas) et très facilement par voie végétative : la partie souterraine comprend de longues racines verticales (pour aller puiser l’eau) et un rhizome horizontal qui peut croître de 5 m par an et donner naissance à de nouvelles plantes.


Haut de la page


Le Cirse des marais (Cirsium palustre)

Un cirse nettement plus rare car il pousse, on s’en serait douté, dans les prés humides et les marais, habitats qui sont en voie de disparition.

C’est une plante assez grande, pouvant atteindre 2 m de haut.
La tige est ailée et munie d’épines. Les feuilles sont également épineuses et très découpées.



Il est facile à identifier, car ses bractées (les petites feuilles situées juste en-dessous du capitule, voir photo ci-dessus à droite) ne sont pas épineuses, comme chez d’autres espèces voisines, mais elles sont collantes quand on les prend entre ses doigts.


Haut de la page


Le Cirse commun (Cirsium vulgare)

Tout aussi fréquent que le Cirse des champs, voici le Cirse commun. On le trouve le long des chemins, dans les clairières et les terrains vagues.

Cirse commun poussant au bord d’un chemin


Les bractées sont terminées par des pointes jaunes

Le capitule a un diamètre de 4 à 5cm. Les fleurs sont roses, pourpres ou mauves.
Les bractées sont dressées et épineuses, terminées par une pointe jaune (photo ci-contre).

Tout est épineux chez le Cirse commun. La tige est ailée et munie d’épines (photo ci-dessous).
Les feuilles sont profondément découpées en lobes inégaux. Chaque lobe est terminé par une longue épine jaunâtre, très piquante.

Malgré ses épines, le Cirse commun est comestible! C’est d’ailleurs le cas de tous les autres chardons et cirses de nos régions. Ils ont un goût d’artichaut.

La tige et les feuilles sont munies d’épines.


Haut de la page

A propos La gazette des plantes

La gazette des plantes, un blog qui part à la découverte des végétaux qui nous entourent en Belgique
Cet article, publié dans 08 En Août, Les plantes à l'affiche, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Cirses et chardons

  1. Ping : Actualités : Des chardons pour résoudre le problème des déchets plastiques | La Gazette des Plantes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.