Les Plantaginacées

La Gazette vous parlera très prochainement de la Digitale jaune (Digitalis lutea),  et de sa grande sœur la Digitale pourpre (Digitalis purpurea).
En guise d’introduction, nous vous présentons brièvement leur famille : les Plantaginacées.


Dans la classification la plus récente, l’APG IV (2016), les Digitales font partie de la famille des Plantaginacées 2.

Classification APG IV

C’est une famille assez grande, puisqu’elle compte 94 genres et environ 1.900 espèces, dont la plupart vivent dans les régions tempérées. Ce sont surtout des plantes herbacées et des arbrisseaux, ainsi que quelques plantes aquatiques 1.

Il est très difficile de trouver des points communs à toutes les espèces de cette famille en ce qui concerne du moins leur morphologie. Les feuilles peuvent être opposées, en spirale ou alternes; simples ou composées. Les fleurs peuvent être de type 4 (4 pétales et 4 sépales), de type 5 voire de type 8.

Le Grand Plantain (Plantago major)

Le genre type, celui qui a donné le nom à la famille, est celui des Plantains (Plantago).

Ce n’est que justice, car ces plantes trop banales sans doute, poussant le long des chemins et des trottoirs, désormais considérées comme des mauvaise herbes à arracher, sont de délicieuses plantes potagères mais aussi médicinales : elles sont à la fois astringentes (facilitent la cicatrisation) et émollientes (calment les inflammations), une rare combinaison 3.

Des 200 espèces de Plantains qui sont recensées dans le monde, neuf peuvent se rencontrer en Belgique, dont 4 couramment 4.

Les Plantains sont facilement reconnaissables grâce à leurs épis portés par de longues tiges (de 5 à 40 cm selon l’espèce).

Mais le genre le plus important de la famille des Plantaginacées, du moins en ce qui concerne le nombre d’espèces, est sans conteste celui des Véroniques (Veronica).
Il compte approximativement 500 membres, dont 23 peuvent être vus en Belgique, et 15 assez fréquemment 5.

Massif de Véroniques petit-chêne (Veronica chamaedrys)

Les Véroniques sont caractérisées par leurs feuilles généralement opposées et leurs petites fleurs généralement bleues. Chez beaucoup d’espèces l’un des pétales est plus petit et plus clair que les trois autres.

Chez les Véroniques, l’un des pétales est souvent plus clair et plus petit que les 3 autres (Ici : Véronique à feuilles de serpolet – Veronica serpyllifolia)

Terminons en mentionnant deux autres Plantaginacées très fréquentes chez nous : la Cymbalaire, dont la Gazette vous a déjà parlé, et la Linaire commune.

La Cymbalaire (Cymbalaria muralis)

La Linaire commune (Linaria vulgaris)


Haut de la page

Sources :

1 : Wikipedia; Plantaginaceae; Janvier 2017
2 : Wikimedia Commons; Digitalis; Janvier 2017
3 : Bernard Bertrand; Eloge du plantain; Editions de Terran; Aspet; 2012
4 : Observations.be; Juillet 2017
5 : Observations.be; Juillet 2017

 

 

 

A propos La gazette des plantes

La gazette des plantes, un blog qui part à la découverte des végétaux qui nous entourent en Belgique
Cet article, publié dans Documentation, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s