Le soleil de la Méditerranée sur votre mur!

Si vous avez un vieux mur dans votre quartier, et s’il est exposé au soleil, il est fort possible que vous puissiez y voir actuellement de petites fleurs  violet pâle. Ce sont les fleurs de la Cymbalaire, une championne de l’escalade! 


Habitat

Cymbalaire sur un vieux mur en ville

La Cymbalaire est lithophyte : originaire du bassin méditerranéen, elle poussait à l’origine sur les rochers et les falaises.
(En grec ancien, lithos voulait dire « pierre » et futon « plante »).

Introduite à partir du 15è siècle dans une bonne partie de l’Europe comme plante ornementale et médicinale, elle a dès lors trouvé dans les vieux murs à ciment calcaire un bon substitut à son milieu d’origine. La moindre fissure peut lui suffire pour démarrer, du moins si celle-ci est au soleil ou à la rigueur dans une mi-ombre.

Il n’est donc pas étonnant que son nom scientifique soit Cymbalaria muralis. Ni que l’un de ses surnoms soit la « Ruine-de-Rome« , parce qu’elle tapissait les ruines de la Rome antique.

Mais bien qu’elle nous vienne du Sud, c’est une espèce vivace et rustique : elle supporte des températures jusqu’à -15°, et s’est par conséquent bien adaptée à notre climat.


Description

Elle n’est vraiment pas difficile à reconnaître, même pour un botaniste débutant.
Les fleurs sont légèrement violacées, et présentent en leur centre une gorge blanche striée de jaune.

Fleurs violettes avec une gorge blanche striée de jaune

La corolle comprend 4 pétales soudés à la base et qui se répartissent ainsi :
– un pétale supérieur, dressé et divisé en deux lobes; il forme une sorte de casque ou de lèvre supérieure;
– trois pétales inférieurs, qui forment la lèvre inférieure.
Entre les deux lèvres se trouve la gorge renflée et striée de 2 traits jaunes. Attention cependant : comme beaucoup de plantes, la Cymbalaire est variable et il n’est pas rare de rencontrer des fleurs sans ces taches jaunes (voir photo ci-dessous).

Une fleur sans tache jaune

Une étude récente menée en France par Tela Botanica a montré que les fleurs des cymbalaires des villes étaient plus petites que celles des villages.

L’hypothèse la plus probable est que cette taille réduite soit liée à un plus petit nombre d’insectes pollinisateurs dans le centre des villes. Dans ce cas, la production de grands pétales servant à attirer ces insectes deviendrait trop coûteuse pour la plante. Elle choisirait plutôt la fécondation par le vent ou l’autofécondation.

Source : Tela Botanica, Opération Cymbalaire, Novembre 2014

Les feuilles sont cordiformes avec 5 à 7 lobes. Les nervures sont disposées en éventail. Le bord des feuilles est la plupart du temps souligné de pourpre, ce qui est une autre caractéristique permettant d’identifier facilement la Cymbalaire en-dehors de la période de floraison.

Les feuilles sont cordiformes et leur bord est souligné de pourpre

C’est la forme des feuilles qui est à l’origine du nom français : cymbalaire dérive en effet du latin cymba, barque ou nacelle.


Classification

Angiospermes > Dicotylédones > Plantaginacées > Cymbalaria

Les fleurs des Plantaginacées ont 4 pétales soudés à leur base en un tube court.

Ce sont les Plantains (genre Plantago) qui ont donné leur nom à cette famille.

Linaire commune (Linaria vulgaris)

Dans cette famille, nous trouvons également la Linaire commune (Linaria vulgaris), dont les fleurs ressemblent un peu à celles de la Cymbalaire. La Cymbalaire s’appelait d’ailleurs Linaria cymbalaria autrefois.

Les Véroniques sont désormais incluses dans les Plantaginacées (selon la dernière classification phylogénétique APG III).

Véronique petit-chêne (Veronica chamaedrys )


Vertus médicinales

Plantain majeur (Plantago major)

Les Plantains (le genre type des Plantaginacées) sont riches en mucilages, en tanin, et en vitamine C.
C’est également le cas de notre Cymbalaire.

Ses feuilles furent autrefois consommées cuites ou crues dans une salade pour lutter contre le scorbut (une carence grave en vitamine C). C’est sans doute l’une des raisons qui expliquent son introduction dans pratiquement toute l’Europe.

En usage externe, on peut les appliquer directement sur une blessure, car elles sont cicatrisantes et hémostatiques, permettant d’arrêter un saignement léger.

La Cymbalaire fut également utilisée pour soigner la gale, une grave affection cutanée très contagieuse, provoquée par un parasite.

La Cymbalaire part à l’assaut


Haut de la page

A propos La gazette des plantes

La gazette des plantes, un blog qui part à la découverte des végétaux qui nous entourent en Belgique
Cet article, publié dans 04 En Avril, Les plantes à l'affiche, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Le soleil de la Méditerranée sur votre mur!

  1. Ping : Dans la forêt, encore un peu du paradis perdu… | La Gazette des Plantes

  2. Ping : La Ficaire, une plante à la vie originale | La Gazette des Plantes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.