Actualité : Une nouvelle flore de Belgique est née

Cette nouvelle flore, intitulée « Flore écologique de Belgique », est destinée à toutes les personnes qui débutent dans la détermination des végétaux de ce pays. Elle ne remplace donc pas la célèbre « flore bleue » de Lambinon et Verloove, qui reste la bible des spécialistes.
Néanmoins cette nouvelle flore, du fait qu’elle utilise de nouvelles clés et suit la nomenclature la plus récente,  intéressera tous les botanistes de Belgique et des régions limitrophes.


Cette nouvelle flore est l’oeuvre d’Anne-Laure Jacquemart et de Charlotte Descamps, respectivement professeure et assistante à la faculté des bioingénieurs de l’Université Catholique de Louvain (UCL).

Elle couvre les Ptéridophytes (fougères, lycopodes et prêles), les Gymnospermes (conifères) et bien sûr les Angiospermes (plantes à fleurs), soit au total 1782 espèces. Les sous-espèces ne sont pas reprises, une simplification plutôt bienvenue dans un ouvrage ciblant en premier lieu les débutants.

La flore de Belgique de Lambinon et Verloove

C’est la première flore belge utilisant la classification la plus récente, l’APG IV, parue en 2016. Rappelons à ce sujet que la « flore bleue » de Lambinon et Verloove (à droite) est encore basée sur la classification classique de Cronquist, qui date de 1968!

Les différentes versions de l’APG ont modifié profondément le contour de plusieurs familles et genres. Citons seulement la disparition des Dipsacacées, désormais englobées dans les Caprifoliacées, ou bien la sévère cure d’amaigrissement de la famille des Scrofulariacées, dont beaucoup de genres ont été déplacés vers d’autres familles.

La Knautie des champs (Knautia arvensis), anciennement une Dipsacacée, actuellement une Caprifoliacée

Comme l’écrivent les auteures dans l’introduction, les changements profonds apportés par la classification phylogénétique ont nécessité d’imaginer de nouvelles clés permettant l’identification des familles, des genres et des espèces.

Mais cet ouvrage innove aussi en ajoutant le cas échéant des critères végétatifs ou écologiques aux critères spécifiques aux fleurs.
D’autre part, plusieurs itinéraires sont prévus dans les clés de manière à tenter de résoudre les déterminations difficiles.

C’est par conséquent un ouvrage qui devrait intéresser la plupart des botanistes francophones, simples amateurs ou chevronnés, œuvrant en Belgique ou dans les régions limitrophes.

Soulignons pour terminer qu’il a bénéficié de la collaboration de personnalités bien connues dans le petit monde de la botanique belge francophone : citons Jean Leurquin, Sébastien Carbonnelle et Olivier Roberfroid.

Un seul regret : qu’une version digitale n’ait pas été prévue. Pouvoir consulter Flora Helvetica ou l’Exkursionsflora von Deutschland sur sa tablette ou son smartphone est bien pratique et soulage le dos du botaniste!

La Flore écologique de Belgique est disponible en librairie, ou sur le site de l’éditeur Averbode/Erasme 

A propos La gazette des plantes

La gazette des plantes, un blog qui part à la découverte des végétaux qui nous entourent en Belgique
Cet article a été publié dans Actualités. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.