Le cerfeuil penché (Chaerophyllum temulum)

Le cerfeuil penché (appelé également cerfeuil enivrant) ressemble beaucoup au cerfeuil sauvage (Anthriscus sylvestris) que nous avons déjà rencontré. Nous allons voir ce qui permet de les différencier. 


  • Classification

Angiospermes > Dicotylédones vraies > Apiacées > Cerfeuils (Chaerophyllum)

Le cerfeuil penché est une ombellifère : il fait donc partie de la famille des apiacées.

Le cerfeuil penché est une ombellifère (apiacée) qui ressemble beaucoup au cerfeuil sauvage

Remarquez que le cerfeuil penché appartient au genre des cerfeuils (Chaerophyllum), tandis que le cerfeuil sauvage (Anthriscus sylvestris) et le cerfeuil commun ou cultivé  (Anthriscus cerefolium) appartiennent au genre des anthrisques!


  • Habitat

A l’origine, c’est une plante qui aime les sols ombragés et gorgés d’eau, comme les bois bordant les rivières. Mais on le trouve désormais surtout au bord des chemins et des routes, ou bien dans les terrains vagues.

Cerfeuil penché au bord d’un chemin en juin

Il est assez courant, mais se rencontre toutefois moins souvent que le cerfeuil sauvage.
Comme c’est aussi le cas pour ce dernier, sa présence indique un sol riche en azote (nitrates et nitrites).
Dans la forêt, son habitat d’origine, il aime les sols enrichis en azote par l’urine de certains animaux qui marquent ainsi leur territoire, comme le blaireau par exemple.

Dans les régions soumises à l’influence humaine,  il pourra s’implanter sur un sol pollué par des boues industrielles ou du lisier.

Sources :
– DUCERF Gérard, L’encyclopédie des plantes bio-indicatrices, volume 2, Promonature, Briant, 2008
– Article Blaireau européen de Wikipédia 

  • Description

Les fleurs :

La floraison du cerfeuil penché débute quand celle du cerfeuil sauvage se termine : à la fin du mois de mai. Elle durera jusqu’en août.
L’inflorescence est une ombelle double (comme chez le cerfeuil sauvage.).
Mais l’ombelle est penchée avant la floraison, ce qui lui a bien sûr donné son surnom de cerfeuil penché!

Chez le cerfeuil penché, l’ombelle est penchée au début de la floraison (photo prise fin mai).

En outre, les rayons de l’ombelle sont pubescents, tandis qu’ils sont glabres chez le cerfeuil sauvage.


Ombelle principale sans bractée

Le plus souvent, l’involucre (c’est-à-dire les bractées qui se trouvent à la base de l’ombelle principale) est soit absent, soit ne comprend qu’une seule bractée.

Le plus souvent, l’involucre (c’est-à-dire les bractées qui se trouvent à la base de l’ombelle principale) est soit absent, soit ne comprend qu’une seule bractée.

L’ombelle principale se compose de 5 à 12 rayons primaires.

Le plus souvent, l’involucre (c’est-à-dire les bractées qui se trouvent à la base de l’ombelle principale) est soit absent, soit ne comprend qu’une seule bractée.

Le plus souvent, l’involucre (c’est-à-dire les bractées qui se trouvent à la base de l’ombelle principale) est soit absent,

Mais attention : sur le même plant on peut trouver des ombelles sans bractée et des ombelles qui en possèdent 2 ou 3!

Ombelle principale avec 3 bractées


L’ombellule (l’ombelle secondaire) est entourée de 5 à 8 bractées munies de cils.

Ombellule et les bractées à sa base


Les fleurs ont 5 pétales blancs.
Ces pétales sont profondément bifides, c’est-à-dire fendu en deux dans le sens de la longueur. Les pétales du cerfeuil sauvage ne sont jamais si profondément échancrés.

Les pétales sont bifides (profondément échancrés)


Les feuilles :

Les feuilles sont bipennées (bi-pennées : les feuilles sont composées de folioles qui sont divisées elles-mêmes en segments) ou tripennées (les segments sont eux-aussi divisés en segments plus petits).

Feuille bipennée


Feuilles pourpres

Les feuilles sont normalement vert foncé mais peuvent virer au pourpre.

Les feuilles sont normalement vert foncé mais peuvent parfois virer au pourpre. Les feuilles sont normalement vert foncé mais peuvent virer au pourpre.


La tige :

La tige a des poils raides sur toute sa longueur (alors que celle du cerfeuil sauvage est glabre sur sa partie supérieure). Elle est aussi souvent teintée de pourpre.

Tige fortement poilue et souvent teintée de pourpre


La tige est fortement renflée sous les nœuds. Le nœud est l’endroit sur la tige où s’insère un bourgeon qui donnera naissance à une feuille ou une ramification.

Tige fortement renflée sous le noeud


La tige du cerfeuil penché est pleine, celle du cerfeuil sauvage est creuse.

Tiges du cerfeuil sauvage et du cerfeuil penché


Prudence : il vaut mieux mettre des gants, des lunettes et protéger ses bras avant de couper une tige d’ombellifère. En effet,  si jamais vous vous méprenez et vous vous attaquez à une tige de berce du Caucase (Heracleum mantegazzianum), également très présente chez nous, vous risquez de très graves brûlures après exposition de la zone au soleil.
En fait, la plupart des ombellifères possèdent un latex irritant et photosensibilisant (causant des brûlures lors d’une exposition au soleil). Mais le danger des ombellifères indigènes est nettement moins grand.

Source : BERTRAND Bernard, L’herbier toxique, Plume de Carotte, Toulouse, 2014

  • Toxicité :

Les feuilles du cerfeuil penché auraient été consommées par le passé et auraient entraîné des troubles nerveux. C’est ce qui lui aurait donné son surnom de cerfeuil enivrant. Selon certains auteurs, toutes les parties de cette plante seraient toxiques. Elles provoqueraient des troubles nerveux et digestifs (1).

Selon François Couplan par contre, les différentes informations concernant la toxicité de cette plante proviendraient de confusion avec d’autres ombellifères toxiques comme la grande ciguë (Conium maculatum) (2).
Quoi qu’il en soit, le manque d’informations et les risques de confusions élevés entre les plantes de cette famille doivent nous inciter à être prudent!

Sources :
(1) MACHON Nathalie (sous la dir.), Sauvages de ma rue, Le Passage – Muséum national d’Histoire naturelle, 2012
(2) COUPLAN François, Le régal végétal, Sang de la Terre, Paris, 2015


  • Etymologie

Cerfeuil vient du latin caerefolium qui désignait le cerfeuil cultivé (Anthriscus cerefolium).
Caerefolium tire son origine du grec : la première partie dériverait soit de chairo, se réjouir, soit de cheir, main. La seconde partie  vient de phyllon, feuille.
Caerefolium signifiait donc soit une feuille en forme de main, soit une feuille d’un vert gai.

A propos La gazette des plantes

La gazette des plantes, un blog qui part à la découverte des végétaux qui nous entourent en Belgique
Cet article, publié dans 06 En Juin, Les plantes à l'affiche, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.