Toujours le même sentier bucolique

Nous poursuivons notre balade sur le même sentier que la dernière fois. Ce sentier est vraiment une mine d’or pour le botaniste amateur. Les pépites aperçues cette fois se nomment  le Fenouil commun, le Fraisier des bois, la Gesse à larges feuilles et la Saponaire officinale.  A propos, si vous avez du linge sale à laver, profitez de cette balade…

Fenouil commun

Fraisier des bois

Gesse à larges feuilles

Saponaire officinale


Le Fenouil commun (Foeniculum vulgare)

Les ombellifères à fleurs jaunes ne sont pas courantes. Il y a quelque temps, nous en avions déjà vu une au bord d’une route : c’était le panais. En voici une deuxième, beaucoup moins fréquente dans nos régions. Il s’agit du fenouil commun.

Fenouil commun

Pour le distinguer du Panais, regardez ses feuilles : elles sont composées de multiples segments filiformes.

Le fenouil est bien sûr utilisé en cuisine  comme condiment et légume : racines, feuilles et graines sont toutes comestibles. Il rentre aussi dans la fabrication du pastis.

Mais c’est aussi une plante très utilisée en phytothérapie, notamment pour apaiser les problèmes digestifs.


Haut de la page


Le Fraisier des bois (Fragaria vesca)

Les fraisiers des bois commencent à fructifier en mai et peuvent continuer jusqu’aux premières gelées. Les fraises des bois sont réputées pour leur arôme plus fin que celui des fraises cultivées.

La fraise des bois est tombante

La Fraise des Indes pointe vers le ciel.

On peut la confondre avec la fraise des Indes (Potentilla indica), mais celle-ci pointe vers le ciel (voir photo ci-contre), tandis que la fraise des bois est tombante.

En outre, la fraise des Indes est insipide.


Haut de la page


La Gesse à larges feuilles (Lathyrus latifolius)

Grâce à ses vrilles, elle grimpe en s’accrochant aux plantes voisines et peut ainsi former des haies inextricables de deux mètres de hauteur.

Une Gesse à larges feuilles dans une haie touffue

Les fleurs possèdent 5 pétales roses et sont assez grandes (de 2 à 3 cm de diamètre).

Une Vesce cracca

Les Gesses, comme les Vesces, sont des plantes grimpantes faisant partie des Fabacées (les légumineuses).
Rappelez-vous que le long du même sentier que nous suivons, nous avons déjà rencontré la Vesce cracca (photo ci-contre).

Les plantes grimpantes comme les Vesces et les Gesses ont une croissance bien plus rapide que les autres plantes : elles ne fabriquent pas des tiges solides capables de se dresser. Pour atteindre la lumière, elles utilisent tout simplement un support (comme une autre plante par exemple) pour se tenir érigée. Elles économisent ainsi de l’énergie qu’elles peuvent réinvestir dans la croissance, ce qui explique que celle-ci soit si rapide.

En fait, comment différencier les gesses des vesces? Voici deux moyens assez faciles.

Premier moyen : les gesses ont généralement moins de folioles que les vesces.
Les feuilles de la Vesce cracca par exemple (ci-dessous à gauche) sont formées de 8 à 15 paires de folioles. Elles se terminent par une vrille. Tandis que celles de la Gesse à larges feuilles ne possèdent que deux folioles (ci-dessous à droite).

La feuille de la Vesce cracca a de nombreuses paires de folioles

La Gesse à larges feuilles a une tige ailée et des feuilles à deux folioles.

Le second moyen est très visible également  : la tige des Gesses est presque toujours ailée, c’est-à-dire qu’elle possède une membrane qui s’étend de chaque côté (voir photo ci-dessus). Par contre, la tige des Vesces n’est jamais ailée.


Haut de la page


La Saponaire officinale (Saponaria officinalis)

Comme l‘indique son nom, cette plante était utilisée autrefois pour fabriquer du savon et de la lessive, mais également pour traiter les infections pulmonaires. Aujourd’hui, on la trouve plutôt dans les jardins, comme plante ornementale, ou bien parfois le long des chemins.

Massif de saponaires au bord d’un chemin


Les sépales sont soudés et forment un tube pourpré

Elle est facile à identifier. Ses fleurs ont 5 pétales blancs ou rosés légèrement échancrés.

Mais surtout, ses sépales soudés et formant un long tube pourpré (voir photo ci-contre) permettent de la reconnaître aisément.


Haut de la page

A propos La gazette des plantes

La gazette des plantes, un blog qui part à la découverte des végétaux qui nous entourent en Belgique
Cet article, publié dans 07 En Juillet, Les plantes à l'affiche, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Toujours le même sentier bucolique

  1. Ping : Dans une prairie humide, une fleur de coucou | La Gazette des Plantes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.